Question écrite n°6542 au ministre de l’éducation nationale

Thème : rôle des professeurs documentalistes dans le cadre de la réforme du lycée

M. Christophe Jerretie attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur le rôle des professeurs documentalistes de l’éducation nationale dans le cadre de la réforme du lycée et du baccalauréat. Les professeurs documentalistes ont toujours constitué un rouage essentiel dans la formation des élèves du secondaire à une culture de l’information et des médias. Cet accompagnement prend davantage son sens à l’heure où le numérique s’installe dans la société et influe grandement sur les modes d’accès à l’information et à la documentation. Dans le contexte de la réforme du lycée et du baccalauréat, il semble nécessaire que le rôle des professeurs documentalistes y soit pleinement consacré, afin qu’ils contribuent à la réussite des élèves dans le cadre des enseignements nouvellement programmés. Aussi, il lui demande quelles mesures le Gouvernement compte prendre afin que la spécificité de la mission des professeurs documentalistes soit pleinement prise en compte au sein de la réforme du lycée et du baccalauréat.

RÉPONSE

Les missions des professeurs documentalistes, telles que décrites par la circulaire no 2017-051 du 28 mars 2017, sont déclinées en trois axes : – le professeur documentaliste est « enseignant et maître d’œuvre de l’acquisition par les élèves d’une culture de l’information et des médias » ; – il est également « maître d’œuvre de l’organisation des ressources pédagogiques et documentaires de l’établissement et de leur mise à disposition » ; – enfin, il est « acteur de l’ouverture de l’établissement sur son environnement éducatif, culturel et professionnel ». Du fait de ces missions, les professeurs documentalistes seront au cœur de deux dispositifs majeurs introduits par la réforme du lycée. Tout d’abord, ils participeront à l’accompagnement des lycéens pour le choix de leur orientation, et ce dès la classe de seconde. En effet, de la seconde à la terminale, les lycéens seront accompagnés spécifiquement pour l’élaboration de leurs choix de parcours et d’entrée dans l’enseignement supérieur. Ils bénéficieront ainsi, et à titre indicatif, de 54 heures annuelles « d’accompagnement au choix de l’orientation ». Cet accompagnement inclura l’aide à la recherche d’informations fiables sur l’enseignement supérieur, l’orientation, et les projets professionnels des élèves. Conformément à la circulaire précitée, le professeur documentaliste « contribue aux enseignements et dispositifs permettant l’acquisition d’une culture et d’une maîtrise de l’information par tous les élèves. » Son rôle dans cet enseignement d’accompagnement au choix de l’orientation sera donc essentiel, de concert avec l’ensemble de l’équipe éducative. La circulaire précitée précise que « le professeur documentaliste participe aux travaux disciplinaires ou interdisciplinaires qui font appel en particulier à la recherche et à la maîtrise de l’information. Il accompagne la production d’un travail personnel d’un élève ou d’un groupe d’élèves et les aide dans leur accès à l’autonomie ». Les professeurs documentalistes auront donc naturellement un rôle majeur d’accompagnement des élèves dans la préparation des épreuves du baccalauréat et notamment de l’épreuve orale terminale. Par ailleurs, les professeurs documentalistes, dans le cadre des co-enseignements prévus par la même circulaire du 28 mars 2017, pourront participer à tout enseignement contribuant à l’éducation culturelle, sociale et citoyenne de l’élève. En fonction des nouveaux programmes qui devront entrer en application à partir de la rentrée 2019 pour les élèves de seconde et de première et de la rentrée 2020 pour les élèves de terminale, les enseignements à dominante numérique, qui peuvent inclure une éducation aux médias et aux bonnes pratiques numériques, nécessiteront également l’implication des professeurs documentalistes.