Question écrite n°15960 au ministre des solidarités et de la santé

Thème : remboursement de l’homéopathie

M. Christophe Jerretie attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le remboursement de l’homéopathie. Ces prescriptions homéopathiques correspondent à une tradition thérapeutique, certes empirique, mais permettant d’offrir des solutions à des pathologies de faible intensité. Ainsi l’homéopathie possède une place bien sûre limitée mais bien délimitée au sein de la panoplie thérapeutique des médecins. Il s’agit de traitements peu coûteux, sans aucune iatrogénie permettant aux médecins d’éviter une prescription chimique parfois non indiquée. Il s’agit de produits validés et dont la traçabilité est certifiée. Il n’en est pas de même pour certains produits étiquetés « médecine douce » qui pourraient profiter d’un déremboursement de l’homéopathie. Aussi, il lui demande d’indiquer les intentions du Gouvernement sur un éventuel déremboursement de l’homéopathie.

RÉPONSE

Le ministère des solidarités et de la santé attend l’avis de la commission de la transparence sur le maintien des conditions de remboursement de l’homéopathie d’ici le deuxième trimestre 2019. Le ministère souhaite recueillir l’avis de la commission de transparence quant au bien-fondé des conditions de prise en charge et du remboursement des médicaments homéopathiques. L’avis devra se baser sur l’efficacité de ces produits et leurs effets indésirables, leur place dans la stratégie thérapeutique, la gravité des affections auxquelles ils sont destinés, leur caractère préventif, curatif ou symptomatique, et leur intérêt pour la santé publique. Enfin, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 prévoit à l’article 65 de préciser les règles de prise en charge de l’homéopathie. Cette mesure doit permettre à la commission de la transparence de rendre un avis global sur le bienfondé de la prise en charge de ces médicaments.