Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, à la découverte de nos terres corréziennes et de nos agriculteurs

Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, a fait étape en Corrèze ce jeudi avec à l’ordre du jour : élevage bovin limousin, pommiculture, veau sous la mer, production de fraises notamment.

Un programme concocté avec la chambre d’agriculture de la Corrèze autour de visites d’exploitation et de rencontres avec des professionnels lui permettant d’apprécier les forces et les faiblesses de l’agriculture locale. Une première étape à Perpezac-le-Noir sur la ferme d’Hervé Malinie et une seconde étape à la ferme de Sebastien Soursac à Sioniac. Entre temps, il a pu échanger avec les organisations syndicales de la profession.

Monsieur le ministre a mis en avant ses convictions et ses engagements : l’agriculture française est garante de qualité et la meilleure pour la santé – les circuits courts et locaux sont à privilégier et l’export des produits français également – Egalim a permis des avancées mais pas pour toutes les filières notamment bovines limousines : des nouvelles négociations vont s’ouvrir pour les prix – la responsabilité collective des français doit avoir lieu sur le long terme : acheter les produits français et arrêter l’agribashing.

Nous avons pu évoquer la reprise des exploitations, la Politique Agricole Commune (aides maintenues pour 7 ans à nos agriculteurs grâce aux négociations du dernier conseil européen du mois de juillet 2020), le sujet de l’eau, la politique de relance de l’investissement pour les agriculteurs, la transition écologique (qui est déjà largement en marche en Corrèze), les appellations et labels et enfin la MAEC « stockage carbone ».

Je salue son écoute et son appréciation des sujets. Je serai à ses côtés à l’assemblée nationale pour faire évoluer notre agriculture vers un meilleur avenir économique et social comme nous l’avons fait récemment pour les retraites agricoles.

Enfin, je propose que les instances agricoles et le ministère travaillent sur le concept d’agriculteur de la nation en tant qu’outil de valorisation et moyen de communication.