Covid-19 : bilan des dispositifs d’accompagnement des entreprises

La pandémie de Covid-19 a généré une grave crise économique. Afin de donner à notre économie les moyens d’y résister, depuis mars 2020, le gouvernement et la commission des finances dont je suis membre ont travaillé sur 3 projets de lois de finances rectificatives pour 2020. Adoptées par le Parlement, elles ont notamment mis en place des dispositifs d’accompagnement des entreprises en vue d’une part, de limiter les faillites et d’autre part, de protéger le pouvoir d’achat des salariés.

A ce titre, pour protéger notre économie, 3 principaux leviers ont été activés : le chômage partiel, le fonds de solidarité, le prêt garanti par l’Etat,… et le report d’échéances fiscales et sociales.

De mars 2020 à juillet 2020, pour le département de la Corrèze :

  • 1 925 entreprises dont le siège social est implanté en Corrèze ont bénéficié de prêts garantis par l’Etat, pour un montant de 330,5 M€. Avec respectivement 25% des demandes, le secteur de la vente et réparation d’automobiles et de motocyles est le plus concerné. Le secteur de l’hébergement restauration et de la construction sont aussi accompagnés (16,26% et 14,70% des demandes).
  • 11 818 versements du fonds de solidarité représentant 15,83 M€ ont été effectués au bénéfice de 5489 entreprises corréziennes.
  • 4 459 entreprises ont sollicité le dispositif d’activité partielle concernant 36 656 salariés ; 41,4 M€ ont été versés.
  • la direction départementale des finances publiques a procédé au remboursement de 3 676 crédits de TVA pour un montant de 34,8 M€ et a traité le remboursement de 13,7 M€ d’impôt sur les sociétés.
  • 751 entreprises ont déposé une ou plusieurs demandes de délais de paiement des cotisations sociales.

Les services de l’Etat associés aux chambres consulaires (en lien avec les banques) ont prouvé que, dans notre pays, nous pouvions être réactifs pour rendre efficace la mise en œuvre des mesures votées par les parlementaires.

Il est également à noter que l’assainissement de nos finances publiques, mis en oeuvre depuis le début du quinquennat, a permis notamment de déployer cet arsenal de mesures anti-crise.