A la rencontre d’Eric Villeneuve, nouveau directeur du Centre hospitalier de Tulle…

Eric Villeneuve, a pris son poste le 5 octobre en remplacement de Cyrille Harmel qui assurait l’intérim depuis janvier 2020.

Conscient de la réalité financière de l’hôpital de Tulle qui accuse un déficit de 4 M€ en 2019, le nouveau directeur entend utiliser tous les outils à sa disposition pour limiter l’hémorragie et gagner en attractivité : actualisation du projet médical, renforcement des actions de coopération médicale avec Brive, Ussel et Limoges, mise en place d’un suivi médico-économique de toutes les activités, élaboration d’un plan pluriannuel d’investissement,…


Aujourd’hui, un des enjeux majeurs du département de la Corrèze en matière de santé est de faire évoluer son organisation territoriale des soins. Les corréziens, et plus généralement les Français, restent attachés à un service public hospitalier alliant modernité, proximité et efficacité. A ce titre, les établissements publics doivent être dotés de moyens à la hauteur de ces exigences.

Au-delà de ces moyens, le secteur public hospitalier se doit d’anticiper un phénomène de rapprochement et de partenariat s’il veut être en mesure de rester un acteur essentiel de la permanence des soins et continuer à accueillir tous les patients, quel que soit leur état de santé ou leur situation sociale.

Depuis 2016, plusieurs actions de restructuration de l’offre de soins au sein même de ces établissements ont été poursuivies : réorganisation de la filière psychiatrique en Haute-Corrèze, coopération entre le CH de Brive et une clinique privée, regroupement d’unités d’hospitalisation en chirurgie, …

Aujourd’hui, nos 3 centres hospitaliers connaissent plusieurs fragilités :

  • une diminution générale de l’activité médicale,
  • une situation financière dégradée donnant lieu à des mises sous contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) ou plan de redressement (PRE),
  • une attractivité médicale décroissante, peinant à attirer et à fidéliser les jeunes professionnels de santé et augmentant le recours à l’intérim très coûteux.

Ces constats amènent à s’interroger sur une nouvelle approche territoriale du service public hospitalier, basée sur :

  • une nouvelle orientation nationale dans la gouvernance consistant en l’évolution du conseil de surveillance. L’implication des élus nationaux est essentielle tandis que la prédominance des élus locaux semble dépassée au regard des enjeux territoriaux et nationaux sur la santé.
  • la mutualisation et la coopération inter-établissements en écho aux mesures 19 et 33 du Ségur de la santé. Le département de la Corrèze pourrait être un territoire pilote, l’objectif étant de garder les hôpitaux et les sites en les consolidant progressivement et en y renforçant l’attractivité médicale (intégrer et fixer des médecins hospitaliers).

C’est en ce sens que j’ai fait parvenir une note au ministre des Solidarités et de la Santé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s