Sophie Cluzel en Corrèze : le vivre ensemble inclusif…

Dans le cadre de la Stratégie nationale 2018-2022 pour l’autisme, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées est venue en Corrèze à la rencontre des associations, entreprises, collectivités, familles, équipe pédagogique,… tous ceux qui œuvrent à l’amélioration du quotidien des jeunes autistes.

Faciliter l’emploi des adultes autiste en milieu ordinaire, intervenir le plus précocement possible auprès des enfants constituent deux engagement majeurs de cette stratégie.

Accompagnée de Claire Compagnon, déléguée interministérielle Autisme et troubles du neurodéveloppement, la secrétaire d’Etat s’est rendue à l’entreprise Pierrot Gourmand à Altillac (ANDROS confiseries), à l’école Michel Peyramaure de Brive et à l’école La Jaloustre à Ussel pour découvrir le dispositif Autorégulation et l’Unité d’enseignement en maternelle pour enfants avec troubles du spectre de l’autisme (UEMA) de la Fondation Jacques Chirac, pour constater sur le terrain l’application concrète de la politique nationale liée à l’autisme.

Le monde de l’entreprise…

L’expérience de Pierrot Gourmand montre que les personnes autistes apportent, dans le monde de l’entreprise, une vraie valeur ajoutée. Aujourd’hui, 5 travailleurs autistes évoluent au sein de l’entreprise ; leur différence est reconnue, acceptée et valorisée.

L’engagement volontaire du groupe Andros en faveur de l’inclusion professionnelle de personnes autistes s’accompagne d’une mobilisation active des partenaires institutionnels et associatifs : ARS, Conseil départemental, ADAPEI, association « Vivre et travailler autrement ». Tous travaillent de concert pour favoriser l’épanouissement des personnes autistes au sein du monde de l’entreprise et de leur cellule familiale.

C’est possible, nul n’est inemployable.

Sophie Cluzel, secretaire d’Etat chargée des personnes handicapées

Dans le cadre de la loi de finances 2021, les moyens dédiés à l’insertion dans l’emploi des personnes en situation de handicap sont renforcés pour être portées à 430 M€ au total (contre 407 M€ en 2020 et 400 M€ en 2019.


Le monde de l’enseignement…

Le dispositif d’Autorégulation de l’école Peyramaure et l’UEMA de l’école La Jaloustre entrent dans le cadre de la stratégie nationale pour l’autisme ; ils sont dédiés à la scolarisation des élèves avec troubles du spectre de l’autisme (TSA) requérant l’appui quotidien du médico-social. L’objectif principal est d’assurer l’inclusion scolaire de ces élèves dans les classes ordinaires de l’école.

Au cours de ses échanges avec les équipes pédagogiques et les parents d’élèves, Sophie Cluzel a pu constater l’engagement et la synergie de tous les acteurs autour de l’enfant autiste, pour lui permettre d’évoluer le mieux possible dans un environnement « ordinaire ». Une des clefs de la réussite de ces dispositifs : la coopération éducation nationale/médico-social au service d’un parcours scolaire décloisonné.

Ce dispositif a rendu mon fils ordinaire.

Parole de parents d’un enfant autiste

L’enjeu de demain est clairement exprimé par la secrétaire d’Etat : « bâtir l’école de la confiance par le dialogue et l’expertise de chacun. On ne devra plus parler d’inclusion mais simplement de scolarisation ».

Cet enjeu et bien d’autres, la Fondation Jacques Chirac s’y investit à bras le corps depuis sa création en 1971 et ce, tout au long de la vie de l’enfant autiste. Ce formidable « outil » haut-corrézien permet à la Corrèze d’être innovant, actif et attractif dans la prise en charge des personnes handicapées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s