Question écrite n°41426 au ministre de l’Europe et des affaires étrangères

Thème : droit de l’Homme à Bahreïn

M. Christophe Jerretie attire l’attention de M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur les violations des droits de l’Homme à Bahreïn. Depuis plusieurs années, des dirigeants de l’opposition, des journalistes, des syndicalistes sont arbitrairement privés de leurs droits civiques pour avoir dénoncé les atteintes aux libertés fondamentales de la part du pouvoir en place et demandé le respect des droits de l’Homme dans le pays. C’est notamment le cas du défenseur des droits humains Dr Abduljalil Alsingace et du chef de l’opposition politique à Bahreïn, M. Hasan Mushaima. L’organisation de défense des droits de l’Homme, l’ADHRB, a documenté des milliers de cas de torture dans les prisons bahreïnies. D’autre part, les militants et les journalistes qui poursuivent leur travail militant d’information en exil voient le risque se tourner vers leurs familles restées au Bahreïn. Il lui demande d’indiquer la position du Gouvernement sur ce sujet.

REPONSE

Le respect des droits de l’Homme est une priorité de l’action diplomatique de la France. La France assure un suivi attentif de cette question partout dans le monde, dans le respect de la souveraineté de chacun des États concernés. À ce titre, la France intervient à divers niveaux pour promouvoir le respect de ces droits à Bahreïn, avec une attention particulière au respect de la liberté d’expression et de manifestation pacifique, à l’État de droit, à la non-application de la peine capitale, appliquée pour la dernière fois à Bahreïn en juillet 2019, et à terme à son abandon, et à la situation des défenseurs des droits de l’Homme. Notre ambassade à Bahreïn a, par ailleurs, organisé un séminaire virtuel les 22-23 mars 2021, en coordination avec le Judicial and Legal Studies Institute of Bahrain et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), sur le système de peines alternatives à l’emprisonnement et sur les moyens d’utiliser au mieux ce dispositif, séminaire auquel ont participé le ministre de la Justice de Bahreïn, le Procureur général du Royaume et le directeur de l’application des peines au ministère de l’Intérieur. Plus de 3200 détenus ont déjà bénéficié de ce dispositif, dont certains dès le mois d’avril. La France n’en demeure pas moins préoccupée par la situation des opposants politiques, notamment leurs conditions de détention. La France, avec ses partenaires européens, a condamné à plusieurs reprises le recours à la violence contre des opposants politiques à Bahreïn et a appelé les autorités à garantir la liberté d’association et de manifestation pacifique, ainsi qu’une justice indépendante et le droit à un procès équitable. Dans cette perspective, la France, conjointement avec l’Union européenne (UE), intervient dans diverses enceintes, dont le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, notamment lors de l’Examen périodique universel et lors de contacts bilatéraux, pour souligner la grande attention que nous portons à la situation des droits de l’Homme dans le Royaume et pour formuler des recommandations aux autorités bahreïniennes. L’UE conduit également un dialogue régulier avec Bahreïn sur les droits de l’Homme, dont la dernière session s’est tenue le 22 février 2021. Le chef de la délégation de l’UE, basé à Riyad, rencontre, lors de ses déplacements à Bahreïn, le ministre assistant aux affaires étrangères, M. Abdullah bin Faisal bin Jabr Al Dossari, pour évoquer la situation des droits de l’Homme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s